Gavarnie fait son cirque

Grandiose ! Comment qualifier autrement le cirque de Gavarnie ? Les grands cirques calcaires pyrénéens doivent leur existence au travail d'immenses glaciers aujourd'hui disparus. Gavarnie, dans les Hautes-Pyrénées, est le plus célèbre d'entre eux.

D’abord, imaginez le décor… Vous êtes au cœur du Parc National des Pyrénées. Là, chevauchant la frontière franco-espagnole, se dresse le massif du Mont-Perdu qui dépasse les 3000 m d’altitude. Au sud, les canyons extraordinaires de Ordesa, Aniscle et Pineta. Adossés à eux, au nord, le pays des cirques avec le majestueux Gavarnie, Troumouse, le plus vaste de tous, et Estaube le plus sauvage.
Depuis 1997, cet ensemble de plus de 30 000 hectares est inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO, tant pour ses richesses naturelles que culturelles. Seuls 27 sites au monde bénéficient à ce jour d’une telle reconnaissance.

Depuis longtemps Gavarnie suscite l’étonnement. Sa renommée s’est construite par les diverses explorations qu’il a pu générer. Botanistes, scientifiques, romantiques, peintres, poètes, montagnards à la recherche d’exploits ou de sensations ont, dès le XVIème siècle, fait de Gavarnie le berceau de ce que l’on appelle le Pyrénéisme.
Le cirque entra dans la légende lorsque Victor Hugo, dans son illustre poème « Dieu », le qualifia « d’objet impossible et extraordinaire », de « colosseum de la nature ».

Maintenant, vous voici à votre tour devant cette prodigieuse muraille de 1700 mètres de hauteur et de 14 kilomètres de circonférence. Cette orchestration de gradins concentriques d’une symétrie frappante est encadrée par un cortège de géants : Mont Perdu (3352m), Pic du Marboré (3248m), Taillon (3144m) et la très renommée Brèche de Roland, lieu de tant de légendes.
Vous pouvez y observer la plus grande cascade d’Europe avec ses 413 m de chute libre.

L’accès à Gavarnie est simple. Arrivés au village, vous êtes face à la muraille et, en 1h30 de marche facile, vous vous retrouvez au pied du cirque où se tient l’ancienne hôtellerie. La promenade est à faire à pied ou à cheval : elle donne à l’apparition de Gavarnie une dimension véritablement théâtrale.
Moins connus mais tout aussi impressionnants, les cirques d’Estaube et de Troumouse sont également à la portée de tous. De la balade familiale à la recherche d’émotions fortes, chacun y trouvera son bonheur.



> Pour les plus courageux, ne vous arrêtez pas au pied du cirque de Gavarnie ! Montez jusqu'à la Brèche de Roland, l'un des lieux les plus emblématiques des Pyrénées. La légende raconte que cette brèche gigantesque entre deux parois, à la frontière franco-espagnole, a été faite par l'épée de Roland de Roncevaux.

> Découvrez également l'esprit des lieux au Musée-découverte Millaris à Gèdre, ou bien en assistant au Festival de Gavarnie. Ce spectacle de théâtre et de chants, unique en son genre, se déroule en plein air au pied du Cirque, sur la plaine de la Courade.

> Etape sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, le village de Gavarnie est inscrit, pour son église paroissiale, au patrimoine mondial par l'UNESCO.



Gavarnie à cheval

> Avec Christian

Bienvenue dans les Hautes-Pyrénées à Gavarnie

chez Christian, accompagnateur équestre diplômé :


CONTACT :

Par téléphone au 0 689 229 665
Par email : contact@cheval-gavarnie.com
Par courrier : Christian, Club Vignemale, 65120 Gavarnie.

> Avec Séverine

Le Centre Equestre Le Lienz

La nouveauté cette année, c’est un changement de capitaine!

Le flambeau passe de Claudine Chanay à Séverine Lartigue.

Séverine: BP JEPS Tourisme Équestre (guide et monitrice équestre).

Les forets enchanteresses du Plateau du Lienz accueille pour cette saison d’été, ces chevaux, poneys et nouveauté encore… ces ânes!

On a tout mis en place pour que vous passez un agréable moment, un dépaysement total, une aventure avec nos équités, laissez porter par la joie de l’instant.

N’hésitez pas à appeler Séverine pour des renseignements ou même réserver votre randonnée.

L’équitation à la carte c’est ici: 06-43-75-85-10

A bientôt

Soleya:

Dans le patois bigourdan Soleya signifie « petit rayon de soleil ».C’est dans l’histoire, dans le cadre somptueux de Gavarnie et aussi dans une ambiance chaleureuse que vous transporte à cheval, Séverine LARTIGUE BP JEPS Tourisme Équestre ( en français: guide et monitrice équestre).

Gavarnie et le tourisme à cheval est une tradition qui remonte aussi loin que la fin du XIIXème, avec l’essor du pyrénnéisme. Séverine est la sixième génération de sa famille à assurer la découverte du cirque à cheval.

Le 1er mai 2010, Soleya prenait vie avec ces 6 chevaux et tout son amour. Elle a tout mis en place petit à petit car les choses ont commencé de zéro:

« J’ai sélectionné puis acheté les chevaux durant l’hiver 2010. Après avoir passé le poids lourd et le permis remorque, on m’a prêté un van et un 4×4 pour aller les chercher fin avril un par un. Ils ont pris leur marque dans ce nouveau troupeau et ont établi leur hiérarchie. Les affinités se sont de suite liées et n’ont pas changés aujourd’hui. »

La première épreuve a été de les ferrer, aidé de mon père et d’un ami à lui. Cela n’a pas été sans mal car un n’avait jamais été ferré et un autre, il n’était ferré que des antérieur…(ce n’était pas le critère de sélection!). Le critère était le feeling, l’échange avec l’intérieur, l’âme, du cheval.

( Cette seconde année, les chevaux sont restés calme et avec mon père pour me tenir les pieds, j’ai pu réaliser un excellent travail. Pour cette troisième année, cela n’a été que du plaisir.
Cette troisième saison, nous les avons ferrés dans une bonne ambiance, une décontraction telle que nous avons passé de super moments, et forcément, un meilleur travail encore car plus d’expérience… )

Avant de commencer avec la clientèle et pendant 7 jours, en plus de leur bon niveau de dressage, je choisissais un des chevaux (le rêve) et prendre le temps qu’il fallait pour lui montrer son nouveau travail afin que tout se passe pour le mieux. Pour moi et eux mais aussi pour les clients à venir. Je les ai longés, effectué du travail à pied, un travail monté pour l’obéissance des changements d’allures, l’immobilité au montoir… Ce travail du cheval, que je considère comme la base pour mon activité, a été très important pour le déroulement des randonnées et de leur location.

Il m’a fallu acheter aussi tout le matériel. J’ai trouvé ce qui correspondait le mieux à mon idée: des selles de randonnée Randol’s Ardèche, recouvertes de cuir et très confortables pour le cavalier et le cheval, plus des pads (tapis épais) puis des filets dont la fabrication a été réalisé par un ami en cuir noir, magnifiques.

Je suis très fière de mon chemin parcouru car la conclusion à la fin de ma première saison a été que tout s’est extrêmement bien passé. La dynamique du groupe s’est développé et l’ambiance entre les chevaux harmonieuse. C’est énormément de plaisir de travailler dans cette ambiance, dans ce respect. Pour cette première année où je n’ai effectué que la balade classique du Cirque avec des chevaux qui ne se connaissaient pas avant de travailler, tout s’est déroulé dans un grand bonheur d’échange. Même s’il y a eu des moments difficiles, mais c’est les épreuves de la vie qu’il faut franchir, cette expérience fut magique et m’a rappelé que j’avais fait le bon choix.

Mon meilleur souvenir: voir pour la première fois « Mes » six chevaux manger, tous ensemble, tranquilles, et d’aller m’allonger au milieu d’eux…

Pour ma seconde saison, je vous ai fais découvrir mon magnifique « lieu de travail » le temps d’une journée de randonnée sur les sentiers aux milles histoires de la vallée et le cadre grandiose de Gavarnie.

Pour ma troisième saison, j’allie mon statue de guide et monitrice équestre pour vous proposer une activité de remise à niveau et de prise confiance en débutant par un cours et en enchaînant par une randonnée sur Gavarnie et ses magnifiques horizons. Les chevaux se sont « posés » mentalement et maintenant qu’ils connaissent le travail, je vois qu’ils y prennent beaucoup de plaisir…

Les choses arrivent à point à qui s’est attendre… C’est une phrase que j’aime bien. La mise en route de Soleya s’est faite ainsi, petit à petit mais solidement. Il n’est pas chose facile de monter sa société de nos jours mais il faut garder la force et regarder en avant…

En 1780, un scientifique réputé, Monsieur Pasumot, fut si submergé par Gavarnie qu’il écrira:

« Tout cet ensemble est si grand, si vaste et si majestueux, qu’il surprend, étonne, transporte les idées, et les confond. Il égare l’imagination dans une illusion telle que l’on refuse presque à se croire soi-même, et que l’on éprouve une espèce d’extase ou d’exaltation intérieure qui paraît être un prestige magique. »